Communiqué du NPA. Vérité pour Hakim Ajimi.

Il y a un an, Hakim Ajimi mourrait suite à une interpellation brutale de policiers de la Bac, secondés de policiers municipaux.

Le rapport d'autopsie notait que la cause du décès était « une asphyxie mécanique de type asphyxie lente avec privation prolongée d'oxygène », en clair le résultat dramatique d'une clef d'étranglement, pratiquée par les policiers qui l'ont interpelé pour un différent avec un employé de banque.

Rappelons que la France a, déjà, été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme, en 2007, pour l'usage de la clef d'étranglement dans une autre affaire.

A l'heure actuelle, cinq policiers sont mis en exmen pour « non assitance à personnen en danger », d'autres sont « témoins assistés ». Mais ils sont toujours en fonction.

Dans le cadre de la campagne « Police, personne ne bouge ! », le comité « Justice pour Hakim Ajimi », organise un forum police-justice le 30 mai, à Grasse. Il demande que les policiers en question soient suspendus de leur fonction, l'incupation de ceux coupables d'avoir utilisé la technique de la clef d'étranglement et leur mise en jugement pour « coups mortels ».

Le NPA et Olivier Besancenot soutiennent l'organisation de ce forum et s 'associent aux demandes formulées par le comité « Justice pour Hakim Ajimi ».

Le 28 mai 2009

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.