Castmetal (25) : Quatre ouvriers déboutés, révoltant !

Petit rappel : en début d’année, une partie des ouvriers de Castmetal à Colombier-Fontaine (groupe Safe Metal) décide de quitter la CFDT trop complaisante avec le patron pour créer une section CGT (voir l’Anticapitaliste n°292)...

Gros émoi au sein de la direction qui a vu d’un mauvais œil son pouvoir contesté. Faut dire qu’elle règne en maître sur cette fonderie, jouant sur le fait que l’effectif  de la production est essentiellement composé de travailleurs étrangers, à 80 % de Turcs à qui on n’a jamais donné la possibilité de s’intégrer.

Qu’à cela ne tienne, pour détruire le syndicat, le chef du personnel reproduit une tactique familière (car utilisée dans une autre usine précédemment) : se servir d’un ouvrier sous contrôle pour provoquer un conflit et lancer une procédure de licenciement pour faute grave contre les ouvriers indésirables... en l’occurrence 5 syndiqués CGT.

Il s’est avéré que, lors de l’altercation, trois d’entre eux n’étaient pas là (dont un en accident du travail…) et qu’il n’y a pas eu passage à l’acte, témoins à l’appui. Malgré les preuves évidentes de « coup monté », les 5 salariés ont été licenciés en mai dernier.

En appel

Ils en ont donc référé aux prud’hommes. Aucune mesure disciplinaire jusqu’alors, aucun avertissement pendant plus de 20 ans de présence, de vrais licenciements pour discrimination syndicale, a plaidé leur avocat...

Le conseil des prud’hommes (en référé) en a décidé autrement : la direction n’aurait pas eu de preuve de leur appartenance syndicale, elle ne pouvait donc les licencier pour ça... « Ce qui est faux, deux preuves de leur appartenance syndicale avaient été produites », dit l’avocat.

Le cinquième, travailleur protégé, a été réintégré suite à la décision de l’inspecteur du travail. Les 4 militants déboutés ont encore la possibilité de faire appel et de saisir le conseil des prud’hommes sur le fond. Mais c’est un long cheminement, et il faut bien vivre en attendant ! En tout cas, cette décision des prud’hommes nous laisse abasourdis et nous révolte !

CorrespondantEs

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.