Répression : Libérez Bagui Traoré !

À l’issue d’un procès tenu sous haute surveillance policière, les frères d’Adama Traoré, assassiné par les gendarmes le 16 juillet dernier, se sont vus infliger des peines de prison ferme : 8 mois pour Bagui qui passera Noël en prison, et 3 pour Youssouf.

Le harcèlement contre la famille Traoré ne connaît pas de limite et est en passe de devenir un scandale d’État.
Dans un communiqué « Adama Traoré : vérité et justice » de ce lundi 9 décembre, la Ligue des droits de l’homme « demande que la police et la justice reprennent leur légitimité auprès de populations qui, d’incidents en événements dramatiques, de déni en mépris se vivent stigmatisées, maltraitées, laissées pour compte de la République ».
Au-delà des sempiternelles déclarations et appels à la « modération » réitérées à chaque crime raciste de la police, à chaque décision de justice qui absout systématiquement les tueurs policiers ou gendarmes, ce n’est que par la mobilisation que nous pourrons éviter que la longue liste des victimes ne s’allonge.

Soutien total aux familles mobilisées

Organisés au sein du collectif « Urgence notre police assassine », les familles et les proches multiplient les rassemblements et manifestations pour briser le mur du silence autour des crimes policiers. Ainsi Assa Traoré était au Havre aux côtés des proches d’Abdoulaye Camara, assassiné il y a deux ans de 10 balles tirées par les flics alors qu’il tentait d’échapper à un contrôle.
Les anticapitalistes doivent être en première ligne pour dénoncer les intimidations dont font l’objet les membres du collectif « Urgence notre police assassine » et les rejoindre dans leurs mobilisations. Pas de justice, pas de paix !

Alain Pojolat

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.