MigrantEs de Rennes (35)  : la catastrophe annoncée

Ce 24 juin, nous étions plus de 500 à la 8e manifestation de soutien aux migrantEs qui habitent les Jardins de la Poterie depuis juin 2016...

La détermination était bien présente malgré la catastrophe annoncée : ce 17 juillet, les locaux doivent être évacués, et 140 personnes dont près de 70 enfants risquent de se retrouver à la rue.

La mairie, qui avait promis des réunions de concertation quant au relogement, n’a finalement rencontré le collectif de soutien que début mai (ces réunions devaient commencer en janvier...). Et au bout de quatre réunions, la ville propose 25 à 30 solutions de relogement. C’est totalement insuffisant !

L’association « Un toit c’est un droit » a donc répertorié des logements, propriétés de la ville et inoccupés. Elle a donné cette liste à la ville dès la première réunion. Face à la réponse (ce serait des logements insalubres...), le collectif a proposé des solutions, mais la ville reste sourde. La maire, venue en personne à la dernière réunion, envisage de réquisitionner un gymnase. Inacceptable ! 

Une mobilisation et une solidarité exemplaires

La préfecture, après des mois de refus, a accepté de recevoir une délégation du collectif... indiquant à ce sujet qu’elle n’acceptait pas que le NPA y soit présent ! Le secrétaire général a annoncé que toutes les familles n’ont pas vocation à rester sur le territoire français, et, insistant, qu’il faut les préparer au retour... Certaines situations seraient toutefois examinées. Une goutte d’eau.

Bien entendu, tant la ville que la préfecture veulent nous faire croire que tout est fait face à l’urgence. Sauf que le dispositif hôtelier est plein à craquer et que le 115 est au bord de l’implosion.

Le squat de la Poterie est exemplaire à bien des égards grâce à la mobilisation de 90 bénévoles, le soutien du collectif et des habitantEs du quartier. Mais les militantEs et bénévoles sont épuisés, et les migrantEs dans l’angoisse.

Le NPA n’a jamais été dupé par les pouvoirs publics. Nous savons bien que cela procède d’une politique désastreuse, à Calais, à Rennes, et ailleurs. Seule la mobilisation pourra faire changer le rapport de forces face à l’absurdité dévastatrice de ce système. Des papiers et des logements pour touTEs, un autre monde est possible !

Correspondant

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.