Alençon (61) : solidarité avec les mineurs étrangers

Depuis maintenant presque 9 mois, RESF/UCIJ (Unis contre l’immigration jetable), collectif unitaire regroupant associations, syndicats et partis politiques, se mobilise autour des mineurs isolés étrangers (MIE) déboutés de leur minorité et donc expulsés du Foyer de l’enfance.
«  Pas un enfant à la rue ! » a été le mot d’ordre autour duquel plusieurs rassemblements ont été organisés pour interpeller le maire de la ville, le préfet et dénoncer la situation humaine et administrative dramatique vécue par ces MIE. Hébergés par des membres du collectif, accompagnés (scolarisation militante, demande de l’aide médicale d’État...), certainEs ont aujourd’hui pu intégrer un établissement scolaire. Pour d’autres, des demandes sont en cours.

Fin décembre, une soirée « Les 5 heures de la solidarité » a été organisée avec musique, expos, vidéos et débat avec une militante de RESF-Paris qui a dénoncé la poursuite de politique de Sarkozy par le gouvernement Hollande-Valls sur les questions de l’immigration. Puis la soirée s’est poursuivie avec un couscous préparé par l’un des jeunes... dont le projet est de devenir cuisinier.

Cette initiative a montré qu’une partie de la population, du peuple « de gauche », n’accepte pas cette politique de stigmatisation des étrangers. Il faut faire cesser les « tests osseux », offrir une deuxième vie à ces jeunes qui ont connu des parcours souvent dramatiques, et un avenir pour se reconstruire.


Une soirée réussie, 120 présentEs, et d’autres absentEs mais qui avaient envoyé leur participation, avec donc à la clé un bénéfice financier qui va permettre de continuer l’accueil de ces jeunes. Rendez-vous a été pris pour une nouvelle soirée festive de solidarité et d’initiatives de lutte !

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.