Notre-Dame-des-Landes : la répression en marche, sur la ZAD et ailleurs !

-A +A
Écologie
actualité

La mobilisation contre le projet d’aéroport inutile ne cesse de prendre de l’ampleur. Logiquement, la répression s’abat de plus en plus violemment sur les personnes impliquées, avec des interpellations et des condamnations à tour de bras depuis plusieurs semaines.


La répression ne sévit pas qu’à la ZAD mais aussi dans les villes où fleurissent les actions contre le PS ou Vinci. à Paris par exemple, où deux jeunes membres du collectif de soutien à Notre-Dames-des-Landes ont été interpellés pour des tags au marqueur et quelques affiches sur une façade d’une permanence PS.

Privés de liberté pendant plus de 60 heures, ils ont vu leurs domiciles perquisitionnés, leurs ordinateurs et téléphones saisis avec copie du contenu, et sont poursuivis pour « dégradations légères » et « refus de se soumettre aux prélèvements biologiques ».


Face à cette disproportion entre les faits reprochés et ce traitement, la mobilisation de solidarité a été à la hauteur. Mercredi 16 janvier, lors de l’audience qui devait juger de leur sort, une centaine de personnes étaient présentes et ont créé une ambiance de réprobation dans le tribunal telle que la procureure s’est sentie obligée de se défendre de représenter les intérêts du gouvernement…


La juge, face aux arguments de nullité des avocats et à une salle remplie d’opposantEs au projet et à la répression, a choisi de suspendre l’audition et de la reporter au 30 janvier. Rendez-vous est donc pris devant le tribunal de grande instance de Paris le 30 janvier à 8 heures !


Chloé Moindreau