Japon : une catastrophe naturelle, nucléaire, humaine et sociale

-A +A
International
actualité

Catastrophe naturelle

Au point de rencontre entre quatre plaques tectoniques, l’archipel nippon est familier des catastrophes naturelles. Sans pouvoir prédire sa date, les sismologues japonais savaient qu’un tremblement de terre majeur menaçait la côte de Miyagi ou la préfecture d’Ibaraki. Il est advenu le 11 mars dernier. D’une rare puissance, provoquant un raz-de-marée dévastateur, il a surpassé les pires cataclysmes auxquels a fait face le Japon dans son histoire moderne. Sur plusieurs centaines de kilomètres, la côte a été totalement dévastée, balayant des villes et des villages entiers. Le nombre de morts et de disparus ne fait qu’augmenter et il dépassera sans aucun doute la vingtaine de milliers déjà annoncée. 

La détermination et l’endurance des Japonais ont largement été soulignées par la presse internationale éclipsant une tout autre réalité. Les habitants des préfectures sinistrées se sentent abandonnés par les autorités centrales. Les secours tardent à arriver. La catastrophe humanitaire qui se dessine au Japon et qui s’ajoute aux récents désastres au Pakistan, en Australie, dans l’océan Indien, en Haïti, à La Nouvelle-Orléans, nous rappelle qu’il n’est pas possible de s’en remettre aux seuls gouvernements pour gérer de telles crises.

Catastrophe nucléaire

À ce désastre déjà si terrible, s’en ajoute un autre, plus du tout naturel. La question n’est pas de savoir si la catastrophe nucléaire adviendra : elle est déjà là. Toute la zone autour de la centrale de Fukushima 1 est condamnée ; et ce, pour très longtemps. La radioactivité, libérée jour après jour dans l’atmosphère, a commencé à contaminer au gré des vents et des précipitations une partie de l’archipel. Contrairement aux affirmations des autorités japonaises, il s’agit d’ores et déjà d’un accident de niveau 6 ou 7, bien plus grave que celui de Three Mile Island aux États-Unis (1979, de niveau 5), plus proche de Tchernobyl en Ukraine (1986, de niveau 7). Au jour où nous écrivons, la situation reste toujours hors de contrôle.

La question est maintenant de savoir jusqu’où cette catastrophe nucléaire – plus d’une fois annoncée – se développera. Il nous reste à espérer que les travailleurs de la centrale, les pompiers et les soldats envoyés sur le front radioactif pour tenter de refroidir piscines de stockage et réacteurs réussiront à éviter le pire. Bien des « liquidateurs » de Fukushima paieront de leur vie l’irresponsabilité criminelle du lobby nucléocrate, comme ce fut le cas pour des dizaines de milliers de « liquidateurs » de Tchernobyl sans lesquels il aurait fallu inventer un niveau 8 d’accident. En 2011 comme en 1986, nous leur devons beaucoup.

Catastrophe humanitaire

Au cours de son histoire, le Japon a fait face à de nombreux tremblements de terre et raz-de-marée destructeurs. En 1995, un séisme d’une magnitude de 8 sur l’échelle de Richter a détruit une grande partie de la ville de Kobé dans le sud de l’île de Honshu. L’inefficacité des secours avait alors été vécue comme un drame national. On croyait le Japon depuis bien préparé. Pourtant, l’un des aspects les plus frappants de la crise actuelle est l’incapacité du gouvernement à apporter rapidement une réponse adéquate au drame que vivent les populations des zones sinistrées. Les victimes ne voient arriver les secours qu’au compte-goutte. Près de 500 000 personnes ont été évacuées des zones à risque autour de la centrale nucléaire de Fukushima et se retrouvent entassées dans des centres d’accueil de fortune alors que la température descend en dessous de zéro degré. Plusieurs dizaines de milliers de personnes restent isolées dans les villes dévastées sans eau ni vivres ni électricité. Les hôpitaux de la région gravement endommagés ne sont plus en mesure de prodiguer des soins aux personnes rescapées. Le risque d’épidémie menace.
On doute que des leçons aient été tirées des catastrophes précédentes. Le Japon n’est pourtant ni Haïti ni le Pakistan mais la troisième puissance économique mondiale. Rappelons-nous cependant l’impotence tragique du gouvernement des États-Unis après que le cyclone Katrina, en 2005, a frappé La Nouvelle-Orléans.

Catastrophe sociale

Les inégalités se creusent au lieu de se réduire en temps de crises humanitaires. Cela a été vrai lors de toutes les grandes catastrophes vécues ces dernières années du fait de tsunamis, de séismes, de guerres, d’effondrements économiques… En minant les services publics, en dévalorisant les solidarités, en faisant de précarité vertu, la mondialisation capitaliste et les politiques néolibérales jettent encore de l’huile sur le feu des injustices. Quoi que l’on dise de ses « traditions », le Japon ne fait pas exception à la règle. Puissants et possédants tenteront de faire payer la facture aux travailleurs, aux pauvres, aux sans-pouvoirs. 

Le gouvernement de Naoto Kan est au plus bas dans les sondages (17,8 %). Un an et demi après sa victoire historique contre les conservateurs au pouvoir depuis 1955, le Parti démocrate japonais (PDJ) a abandonné toute volonté de mener une politique centrée sur l’amélioration des conditions de vie, la défense des retraites, la création d’un « filet de sécurité sociale », et la réforme du système politique comme l’annonçait sa campagne électorale. La catastrophe actuelle lui laisse un répit momentané, mais sa gestion de la crise ne saurait faire illusion. En témoigne la façon dont il a, contre toute évidence, et de concert avec l’entreprise responsable de la centrale de Fukushima – la Tokyo Electric Power Compagny (TEPCO) –, systématiquement minimisé « l’accident » nucléaire, considéré officiellement de niveau 4 puis, finalement, de niveau 5, alors que chacun peut constater qu’il est bien plus grave que celui de Three Mile Island.

Pierre Rousset, Danielle Sabai

Des articles d’analyse et des informations sur la situation au Japon et, notamment, sur l’évolution et les implications de la catastrophe nucléaire, sont régulièrement mis en ligne sur le site d’ESSF (europe-solidaire.org). 
Pour les retrouver, utilisez le mot clé « Fukushima » : www.europe-solidaire.org/spip.php?mot7249

Solidarité antinucléaire et financière…

À la différence de la France, le Japon n’est pas une puissance atomique militaire ; sa population a subi dans sa chair le feu des bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, les plus graves des crimes de guerre. Cependant, dans le domaine « civil », elle a été comme en France victime d’un « consensus nucléaire » des élites qui a marginalisé toute critique et interdit tout choix démocratique. Elle se retrouve comme nous otage de la nucléocratie.
Tchernobyl avait montré, en 1986, ce qui se passait quand un État nucléaire entrait en crise. Fukushima montre aujourd’hui où conduisent les mille petits et grands mensonges de la gestion du nucléaire le jour où l’événement inattendu se produit. Or, tout État entre un jour ou l’autre en crise ; et l’imprévu est inévitable. Si nous n’y mettons pas le holà, Tchernobyl et Fukushima sont notre avenir.
Face à l’épreuve, la solidarité internationale est celle d’un combat commun contre un danger commun, pour briser ensemble le « consensus nucléaire » des élites, pour sortir ensemble du nucléaire. C’est ce sur quoi concluent nos camarades japonais dans un appel dont nous reproduisons ci-dessous des extraits.
Les populations des zones sinistrées par le tremblement de terre, le tsunami et la catastrophe de Fukushima se retrouvent par millions dans des conditions extrêmement précaires. En cela aussi, elles ont besoin de notre appui. D’importantes ONG en France ont décrété qu’il n’était pas utile de collecter des fonds de solidarité, le Japon étant un pays riche. L’aide financière ne se justifierait alors que pour pallier un État défaillant du tiers monde. Elles n’ont apparemment tiré aucune leçon du drame social de La Nouvelle-Orléans frappée par l’ouragan Katrina en 2005. Même dans les pays « développés », les plus démunis sont les moins bien secourus, les travailleurs doivent payer la facture de la crise. Qui peut en priorité quitter les zones à risque, recevoir du carburant ou des médicaments ? Qui retrouvera demain un emploi parmi celles et ceux dont les entreprises ont été détruites – et à quelles conditions ?
Nous voulons apporter un peu d’aide matérielle de plus dans une situation où les besoins sont immenses. Nous voulons que cette aide aille en priorité à « celles et ceux d’en bas ». Nous voulons ce faisant contribuer à renforcer les mouvements sociaux militants, pour qu’ils puissent être les acteurs de la sortie de crise et défendre les intérêts des sans-pouvoirs à l’heure de la reconstruction. Nous voulons ainsi lier l’action dans l’urgence à l’action dans la durée, le combat humanitaire au combat social.
C’est dans cette optique que l’association Europe solidaire sans frontières a lancé un appel international à la solidarité financière. ESSF a des liens avec divers groupes au Japon. Pour l’heure, l’argent collecté sera envoyé en priorité à une coordination syndicale indépendante active dans la région de Miyagi/Sendai et de Fukushima, particulièrement sinistrée : le Zenrokyo (Conseil national des syndicats). Ce centre syndical a notamment noué, en France, des rapports avec Solidaires (en particulier avec Sud-PTT). Nous souhaitons collaborer avec d’autres initiatives engagées dans le même type de démarche, avec Via Campesina ou Attac, par exemple.

Pierre Rousset, Danielle Sabai

Un appel reçu du Japon (extraits)

« Le 11 mars 2011, à 14h30 (JST), la vaste zone du Japon oriental comprenant les région du Nord-Est et de Kanto a été frappée par un tremblement de terre extrêmement violent, d’une magnitude 9. Ce séisme a donné naissance à un très puissant tsunami qui a dévasté de nombreuses agglomérations le long de la côte pacifique […].

[Les] réacteurs de la centrale de Fukushima n° 1 – symbole du Japon comme " grande nation et puisance nucléaire " – appartenant à l’entreprise Tokyo Electric Power Co. (TEPCO), ont été endommagés et fragilisés. [Des] situations terribles se sont succédé, telles qu’explosions de gaz, incendies de bâtiments d’habitation, fonte du noyau de réacteurs, fuites de radiation et épanchements. Le risque d’assister à une catastrophe de type Tchernobyl semble devenir de plus en plus possible. Les résidents ont déjà reçu l’ordre d’évacuation dans un périmètre de 30 km autour de la centrale.
Dans ce Japon capitaliste riche et développé, il y avait des chômeurs et travailleurs précaires en nombre croissant. Les inégalités sociales se creusaient entre riches et pauvres. Les communautés rurales d’agriculteurs et de pêcheurs se désintégraient. Les politiques néolibérales du capital détruisaient les protections sociales. Ce sont aujourd’hui les secteurs sociaux victimes de ces évolutions qui sont les plus frappés par le tremblement de terre et le tsunami. […]
Dans la zone de Miyagi et Fukushima […], nos camarades et leurs co-travailleurs syndicalistes ont déjà commencé à agir en aide aux populations souffrantes, pour défendre leur vie et leurs droits sociaux. La priorité la plus pressante est de procurer nourriture, carburant et abris pour les victimes et d’assurer un emploi à celles qui ont perdu leur lieu de travail. Nos camarades et leurs collègues s’engagent pour initier et étendre des initiatives populaires et autonomes au sein des masses laborieuses et les résidents locaux, toujours par leur auto-activité.
Nous appelons tous nos camarades et amis internationaux à apporter leur solidarité financière [à ces] activités […].
De plus, nous en appelons à nos camarades et amis dans le monde à se mobiliser contre le nucléaire. […] Intensifiez s’il vous plaît les campagnes globales pour s’opposer à l’énergie nucléaire […]. Vos succès en ce domaine apporteront certainement un encouragement aux Japonais en souffrance et aux personnes évacuées, ainsi qu’à la résistance des travailleurs et des masses populaires ici.
Avec nos remerciements pour vos encouragements et pour la solidarité que vous avez manifestée à notre égard.

17 mars 2011, Ligue communiste révolutionnaire du Japon (JRCL), Conseil national des travailleurs internationalistes (NCIW)

Les textes complets des appels à la solidarité sont sur le site d’ESSF (articles 20666 et 20746).

Pour envoyer des dons :

Chèques en 
euros seulement à l’ordre d’ESSF, à envoyer à : 
ESSF, 2, rue Richard-Lenoir - 93108 Montreuil Cedex,
France

Banque : 
Crédit lyonnais, agence de la Croix-de-Chavaux (00525) 
10 boulevard Chanzy - 93100 Montreuil,
France 
ESSF, compte n° 445757C

Coordonnées bancaires internationales : 
IBAN : FR85 3000 2005 2500 0044 5757 C12 
BIC / SWIFT : CRLYFRPP 
Compte au nom de : ESSF